Profil

  • Smartbeat
  • Smartbeat, Homme Objet & Ballbusting
  • Homme
  • 18/02/1971

Présentation

Calendrier

Juin 2017
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
<< < > >>

Créer un Blog

Recherche

Mardi 16 décembre 2008 2 16 /12 /Déc /2008 08:30
Bonjour,

Message très rapide faute de temps.

Vendredi soir, comme les semaines passées, elle m'a demandé de retirer la cage.
Comme les week-end passés, cette sortie de prison occasionne des dérèglement de la bandaison : semi gonflée sans raisons, ou ne bande pas le soir au coucher ou le matin au réveil.
Comme les soirs et les matins au réveil depuis de longs mois, j'ai droit à des sollicitations permanentes de mes testicules : avec les pieds dans le canapé, avec les mains quand on est couchés.
Comme il y a quelques semaines, elle me frappe les burnes du plat de la main dès le dimanche matin. Puis elle masse mon sac crostal.
Puis elle se redresse, relève la couette et claque ma queue et empoigne mes coucougnettes réunies en paquet, les tirant vers le bas.
Cette action a pour effet de décaloter mon sexe qui se met à bander malgré moi, comme indépendant de mon contrôle, par effet purement mécanique.
C'est tout déréglé, et je connais maintenant la suite : elle me branle avec l"énergie du désespoir, en même temps qu'elle m'explose les couilles de sa main libre.
J'ai beau lui dire que je ne veux pas, je n'ai pas le temps de le dire qu'elle me fait exploser comme un petit cochon.
Une de ces éjaculations qui n'apportent aucun plaisir, purement mécanique.
J'ai encore le sexe en vibration après l'éjaculation, comme si elle se poursuivait sans fin : ça me lance, c'est l'effet d'un bon ballbusting, je le sais maintenant.
"Je devais te traire pour ton bien, ça fait partie de ton programme mon chéri"
"Mais ce n'est pas bien car tu as mis plus de 3 minute à venir. C'est trop long. On va devoir mieux travailler la prochaine fois"
"Aujourd'hui, tu mets ta cage en cuir, et ce soir, tu remmetras ta nouvelle cage avant de te coucher, pour bien débuter la semaine".
"Aller, vas te laver maintenant, j'ai envie de croissants ce matin..."
La journée s'est bien passée, en famille.
On a fait le sapin l'après-midi, les courses le matin.
Mais toujours cette bite folle qui m'accompagne et l'impossibilité de la toucher ou de la caresser, depuis quelques semaines maintenant.
Ma queue fait n'importe quoi. Et mon cerveau est mintenant formaté : je ne pense plus à me branler. Que dis-je, je n'ose plus ; c'est mal...
J'ai peur d'éjaculer. De ne pas avoir le jet puissant et automatique qu'elle apprécie tant le moment venu.
Je suis certain pourtant que mon endurance a baissé.
Mais ça fait trop longtemps maintenant pour que j'aie des repères fiables.
J'ai la bite désorientée, perdue dans un océan de sensations et de frustrations trop grands pour qu'elle puyisse s'y retrouver.
Je dois désormais voguer à vue, selon sa seule boussole.

Nouveauté :

Le dimanche soir, elle m'a dit qu'elle avait réfléchi à mon score minable de 3 minutes.
Et elle veut que je reste sanglé dans mon cockring en cuir jusqu'à nouvel ordre.

Mais elle n'a rien voulu me dire quand je lui ai demandé la suite du programme, que je n'en pouvais plus etc...

Je me suis sanglé comme elle me l'a demandé.

"Tu verras bien" m'a-t-elle dit en m'embrassant goulument (ce q'elle fait rarement) tout en me tapotant, puis me tapant franchement les couilles, réunies en avant par la sangle de cuir.

J'ai bien mis 1/4 d'heure avant de débander. A moins que cela ne soit jamais arrivé, car j'ai une gaule de taureau rien qu'en pensant à son baiser...



Smartbeat
Par Smartbeat
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés