Profil

  • Smartbeat
  • Smartbeat, Homme Objet & Ballbusting
  • Homme
  • 18/02/1971

Présentation

Calendrier

Mars 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Créer un Blog

Recherche

Mardi 18 novembre 2 18 /11 /Nov 15:27

Bonjour tout le monde,


Désolé d'avoir mis un peu de temps à me reconnecter mais j'ai été victime d'une panne de micro pendant quelques jours.

 

Ce week-end, libération du foutre de ma queue !!!

 

Il faut que je jouisse en moins d’une minute.

 

Après un mois passé de frustration, croyez-moi, c’est parti plus vite que la lumière.

 

Au cours des dernières semaines, elle ne m’a presque pas défoncé les testicules.

 

Quelques petites tapes de temps en temps, pour se rappeler à mon bon souvenir.

 

Elle m’a demandé d’alterner les périodes de mise en cage avec des périodes de « non, non, non, tu n’auras rien, tu n’as pas été sage, tu ne mérites rien – il faut tenir – et tu mettras ta cage pour trois jours à compter de demain, pas plus, car je ne veux pas que tu prennes de mauvaises habitudes ».

 

J’ai eu droit les autres nuits à enfermer mes couilles dans la cage en cuir.

 

Et Grande nouveauté : elle veut que je dorme avec un cockring pour être sure que je suis bandé à mort à la moindre sollicitation et que je demeure bien « hypersensible ».

 

Il s’agit en fait au départ d’un modèle dit « séparateur de couilles » en cuir, que j’avais acheté il ya quelques temps et qu’elle n’aimait pas.

 

C’est un modèle constitué d’un cockring en cuir qui se ferme sur le dessus avec des boutons-pression. Puis une sangle vient se mettre devant les couilles, qui sont ensuite séparées en deux par une troisième sangle qui relie le cockring à la sangle qui passe au devant des testicules. (voyez la photos dans la rubrique photos).

 

Sauf qu’elle veut que je dorme avec la partie cockring uniquement. Je crois d’une part qu’elle aime bien le contact du cuir, mais aussi et surtout d’autre part qu’elle a compris qu’ainsi les couilles sont plus gonflées, et donc plus sensibles quand elle veut les soupeser ou les tapoter.

 

Bon je vais faire court et en venir aux faits.

 

Je lui ai rappelé dès jeudi soir que ça faisait plus de trois mois que je n’avais pas éjaculé en elle – et que ça me faisait presque peur maintenant – que je ne n’avais pas joui depuis plus d’un mois et que j’avais très envie d’elle etc…

 

Réponse : mets ton cockring et reste tranquille ; tout à l’heure si tu es sage, quand les enfants seront couchés…

 

Une fois au lit, elle se serre contre moi, me demande lui exhiber le paquet, le tapote avec les bout de ses ongles, de ses doigts, me regarde dans les yeux, saisit les couilles bien regroupées en paquet et les serre jusqu’à ce que je demande grâce. Là elle regroupe les balles dans sa main gauche, en fait une boule et les cogne de plus en plus fort avec sa main libre puis redescend la fréquence et l’intensité pour ne plus les caresser que du bout des ongles. Elle relâche ensuite les couilles et me demande de ne plus rien toucher.

 

Elle promet la Cage ou l’éjaculation – si je suis bien sage.

 

Je vous jure que ça rend dingue ce traitement, et que c’est ça qui lui plait à mort : me voir torturé comme un porc ; ce que je suis, en fait.

 

Même traitement vendredi, samedi, dimanche et lundi soir.

 

Mardi matin, au réveil, je l’ai suppliée de me permettre de lui donner un baiser (ce à quoi je n’ai plus le droit depuis bien longtemps (j’y reviendrai).

 

Mais bien évidemment pas question.

 

Je lui ai dit que je n’en pouvais plus et elle m’a juste dit d’écarter les jambes, de me mettre sur le côté et de lui présenter le matériel. « J’espère qu’il est bien sanglé », m’a-t-elle précisé en me donnant l’ordre de descendre un peu plus au fond du lit pour que mon aine soit bien au niveau de ses pieds.

 

Evidemment, quand on est un mec normal, le réveil est un moment crucial, et avec le cockring, je suis encore plus à fond en manque.

 

Alors vous concevez sans doute que ce signal d’un bon BallBusting matinal vous met dans un état second : on sait qu’elle va latter et que ça va faire mal (– on regrette le cockring qui rend éminemment vulnérable votre intimité) ; mais on sait qu’on va recevoir quelque chose de madame et rien que ça, c’est énorme.

 

Parce que ça vient d’elle. Toute seule, sans qu’on demande rien de précis elle veut défoncer vos couilles et vous vous devez de lui tout lui donner, de vous offrir pour son bon plaisir.

 

Et on comprend qu’elle a envie de prendre son pied en éclatant les couilles de son homme avec ses pieds.

 

Et elle fait ça bien la Dame : d’abord doucement pour chauffer, puis cinq coups bien forts, bien espacés (surtout ne pas bouger sinon elle vous explose encore plus) : ce matin là, elle avait envie de faire taire le malotru qui n’arrête pas de demander qu’on s’occupe de son petit plaisir frustré.

 

Et elle ne m’a pas raté.

 

Puis elle s’est mise à quatre pattes au-dessus de moi après m’avoir demandé de me remettre sur le dos, jambes écartées.

 

Elle m’a dit de ne plus bouger et de retirer la sangle et de lui offrir mes bourses en les faisant bien gonfler avec ma main, présentées en paquet serré.

 

On commence à 35, m’a-t-elle précisé en me désignant du menton le réveil radio, enjouée et fière, l’air triomphant.

 

Elle m’a ensuite travaillé au genou, écrasant, lattant, reprenant au pied en se redressant « jusqu’à 45 mon chéri, il faut que tu tiennes, n’est-ce pas ? ».

 

Et à 43’40 elle m’a dit à l’oreille tout en continuant de me cogner l’entrejambe : « à 44’ tu auras une minute pour jouir – pas plus. Ensuite, c’est la cage, donc à toi de voir ».

 

Je suis devenu fou : j’aurai voulu me tirer sur la queue comme un dingue, là ; maintenant, immédiatement, en finir, et il fallait attendre encore de longues secondes pendant lesquelles elle a repris les tapes à la main avec une fréquence de dingue, qui m’a obligé à resserrer encore le paquet.

 

A 44’ elle a cessé de me taper les couilles – qui résonnaient comme des folles du traitement subi - et a compté les secondes à haute voix, non sans m’avoir auparavant susurré que je devais lui faire un vrai spectacle, de me branler à fond et à pleine main (ce que je déteste faire, je préfère e loin utiliser deux doigts bien placés pour mieux cibler les sensations).

 

C’est parti à 23 secondes.

 

De partout.

 

Un feu d’artifice.

 

J’en ai mis jusque sur la tête de lit, dans mes cheveux, à droite, à gauche – partout. Une véritable éruption.

 

Une sensation lisse et incontrôlée, comme détachée de ma personne, mais satisfaisante quoique sans réelle sensation de constriction ni de jet saccadé, plutôt une grosse vanne déjà ouverte...

 

J’ai pas eu le temps de redescendre ni de récupérer.

 

Elle m’a remis aussitôt le cockring – ce qu’elle n’avait jamais fait elle-même jusqu’alors –et s’est collée à moi en me tapotant de nouveau les couilles tout en disant à l’oreille : il te restait une minute mon chéri, je ne voudrais pas que tu sois déçu

 

Et elle a fini son travail de défonce des couilles comme elle l’avait commencé en m’intimant de bander bien dur. J’ai mis 4 minutes à redevenir dur entre claques, constriction de la sangle en cuir et récupération.

 

Quand j’étais dur, elle s’est levée, m’a dit de bien tout nettoyer et de remettre la cage après la douche, qu’elle vérifierait et que je ne devais plus demander quoi que ce soit.

 

Le soir, j’avais pour la première fois la sensation qu’elle avait pris le dessus et je lui en ai parlé.

 

Elle m’a juste dit que ce n’était plus moi qui décidait mais elle seule.

 

Selon son souhait, il faut à la fois que je sois son Gode Humain et que je sois capable de la défoncer comme avant mais aussi que je jouisse sur commande selon son bon plaisir, à la première sollicitation...

 

C’est dans cet objectif et pour son bon plaisir qu’elle a bien retenu la leçon et souhaite me dresser à ce double objectif.

 


Elle m’a rappelé que c’est moi qui lui ai enseigné que me faire taper dans les couilles en rythme me conduit à un état d'hyper réactivité.

 

Que j’avais utilisé, pour illustrer ma sensation, l’image que les claques me procuraient un état d’extrême tension, un peu comme quand on éjacule : tout se resserre et se contracte à l'intérieur de la verge et des couilles (le travail de la prostate en fait).

Que j’avais même précisé que me faire défoncer les couilles me plaisait parceque c’était la même sensation que la jouissance masculine mais en plus longtemps : une gigantesque contraction continue, qui décuple le plaisir ressenti, un peu comme un orgasme en plateau qui durerait tout le temps des tapes aux testicules.


Que ça me donnais une irrépressible envie de masturbation.

 

Elle m’a dit que ça tombait bien parce qu’il se trouve qu'elle aime me claquer les couilles et me voir me branler ; à la condition que je jouisse pour son seul plaisir, sur commande et non pour le mien, qu’elle veut maintenant entièrement contrôler.

 

 

Donc je reste en cage pour faire remonter la tension et après on verra si on pompe, si on sangle, si on me fouette les couilles ou si on me laisse pourrir...

 


Grace à ce traitement, auquel elle a pris goût, elle me conditionne désormais soit à me retenir très longtemps, soit au contraire à éjaculer le plus vite possible, en fonction de ses envies de Maîtresse.


C'était bien le but poursuivi et aujourd'hui, c'est elle qui a vraiment pris le contrôle – pour notre plus grand bonheur à tous les deux semble-t-il.


Entre deux traitements « « éjaculatoire, maintenant c'est cage, cockring, éclatage de couilles et abstinence ou éjaculation forcée - au choix de Madame.

 

Ceci nous permet donc d'avoir une sexualité vraiment partagée et Madame n'a pas à souffrir des rapports sexuels qui lui semblaient parfois sans doute trop rapprochés si on suivait mon rythme de mâle.

 

 

Aujourd'hui, c'est elle qui mène la danse, ce qui est un vrai plaisir, une vraie porte d'accès à de nouveaux partages avec mon épouse, qui a désormais pleinement conscience de sa supériorité grâce au contrôle de ma sexualité.

 


Smartbeat

Par Smartbeat
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés